Le mauvais tour du destin

La blessure de Bjelica, vendredi, sonnait le glas des maigres espoirs poitevins. Dans un Lawson Body rempli comme aux grandes heures, les poitevins se sont battus comme de beaux diables mais n’ont pas pu rivaliser face des Tourangeaux euphoriques. Le public est resté fidèle et a encouragé ses joueurs jusqu’au bout de la rencontre perdue 3/0 : 13/25 19/25 19/25.

Andri Aganits
C’était vraiment difficile ce soir, trop peu de choses ont fonctionné, beaucoup de problème en réception, nous n’avons pas réussi à prendre les side outs, il était dès lors difficile de mettre la pression sur Tours qui est euphorique en ce moment. Tours a su exploiter nos faiblesses visibles et prendre le match en trois sets secs.

Jeremie Hebert
Nous nous entrainons depuis toujours pour jouer dans des salles comme celle de ce soir, un grand merci à tous les supporters. C’était une belle affiche mais nous savions que Tours était très fort en ce moment, alors que nous sommes dans la configuration inverse avec nos différents blessés. Il ne faut pas se retrancher derrière des excuses, mais nous n’avions pas toutes les armes en main pour rivaliser comme il se doit. Une défaite par à armes égales

Jeremy Audric
Grosse ambiance qui fait du bien, mais ce n’est jamais plaisant d’offrir un tel spectacle quand il y a autant de monde. J’avais l’impression de revivre des ambiances comme quelques années en arrière, c’est agréable de se sentir soutenu. Côté sportif, c’est compliqué car nous enchainons les blessures qui plus est face à une équipe de Tours qui est bien rodée, avec la blessure de Bjelica, nous avions l’impression que le Ciel nous tombait sur la tête mais il faut faire le dos rond et rebondir dès que possible.

Yoann Jaumel
Nous avons réalisé une rencontre dans la continuité de ce que nous produisons en ce moment, très solide sur block/defense, cela nous a permis de dominer Poitiers qui fait une très belle saison jusqu’alors. Ils étaient sans nul doute diminuer offensivement par les absences d’Eldin, Bojan et Bjelica, de notre côté je suis content pour Nicolas Gardien qui n’avait pas beaucoup joué et qui nous a montré de belles qualités ce soir. Nous ‘n’avons pas trop le temps de savourer car nous devons enchainer dès mardi à Salonique. Mais ce qui m’a fait le plus plaisir ce soir, c’est de revenir dans cette salle, l’ambiance n’a pas changée, la configuration un peu avec le Terraflex et un espace de jeu plus grand… Si nous pouvions jouer toutes les rencontres dans une telle ambiance, cela ne serait que mieux pour notre championnat.

Brice Donat
La grande satisfaction du soir c’est la salle, l’ambiance de folie, un public retrouvé même si cela fait un moment que l’engouement revient. Évidement cela nous porte, cela nous aide. Maintenant quand tu joues contre Tours, la meilleur équipe en France sur le papier tout du moins, qui est qualifié pour les play-offs de la Ligue des Champions alors que tu joues sans trois pièces maitresses, forcément cela devient compliqué. Au volley une absence peu déséquilibré, trois cela devient impossible. Cependant il ne faut rien retirer à la qualité et l’engagement de ceux qui remplacent les titulaires mais les automatismes sont moins présents. Une soirée difficile à oublier rapidement mais nous devons nous projeter sur la suite où nous avons beaucoup de point à jouer et prendre.

Vital Heynen
Nous avons débuté les deux premiers sets par un haut niveau similaire à celui proposé face à Maaseik (en Ligue des Champions). Sur le troisième, nous avons laissé a Poitiers la possibilité de revenir dans la rencontre. Je souhaite que mon équipe conserve ce niveau minimum tout au long du reste de la saison. Cela deviendra dur pour nos adversaires de nous déstabiliser dans ces conditions.

Partager